Aprés avoir tué sa belle-mère,Ibra Ngom recouvre la liberté

Ibra Ngom hume depuis hier l’air de la liberté. Accusé de l’assassinat de sa belle mère Maguette Ndiaye le 3 août 2014 à Touba, inculpé et placé sous mandat de dépôt à la Maison d’arrêt et de correction de Diourbel le 8 août 2014, le présumé meurtrier a été libéré par un vice de procédure soulevé par son avocat, Me Serigne Diongue. Le conseil de l’accusé a demandé et obtenu l’annulation du procès verbal de la 1ère enquête qui dispose que l’avocat commis d’office doit être informé, ce qui n’a pas été fait par le juge d’instruction. En outre, confie l’avocat, «le délai de 24 heures n’a pas été observé. Par conséquent, nous demandons l’annulation du procès verbal de 1ère comparution et de toute la procédure y subséquente. Nous demandons aussi la main levée du mandat de dépôt».
Il a été suivi par le président Pape Mohamed Diop et ses assesseurs qui, après en avoir délibéré, ont prononcé l’annulation de la procédure et la libération de l’accusé. Le tribunal n’a pas suivi le ministère public représenté par Amary Faye pour qui «le conseil n’a formulé aucun grief qui porte atteinte aux intérêts de la défense. Il n’y a pas d’annulation automatique de la procédure lorsqu’il y a violation des articles 101 et 104 du Code pénal et du Code de procédure pénale». A noter que la libération de Ibra Ngom, suite à un travail mal fait par un juge d’instruction, est la 3ème depuis le début de la présente session de la chambre criminelle. Ils devraient à l’avenir se concentrer plus sur le travail sans quoi, des personnes accusées se retrouvent libres au grand dam des parents des victimes.

Partager