Affaire du pèlerin tué à Kolda, trois douaniers et un policier entendus par la gendarmerie

Les trois douaniers incriminés dans l’affaire du pèlerin tué, lors de l’affrontement entre Bissau-guinéens et douaniers sénégalais, ont été entendus ce week-end par la gendarmerie. Il ressort, de ce premier face-à-face, que le coup fatal est parti accidentellement.

‘’Les fidèles voulaient des facilitations sans le paiement des passavants. Mais les douaniers leur ont dit : « vous n’allez pas payer vos bagages ; mais, en ce qui concerne les passavants de vos véhicules, vous allez payer ». Ils ont dit « niet ». Au cours des échanges de propos, l’un des pèlerins a violenté les douaniers, en leur manquant de respect. Il a été appréhendé, puis conduit au poste. Les autres pèlerins ont voulu forcer sa libération. Il y a eu une pluie de pierres jetées à l’intérieur du poste’’, rapporte une source proche de l’enquête. Celle-ci poursuit, « les pèlerins ne se sont pas contentés de jeter des pierres, ils ont forcé la barre pour trouver les douaniers qui se sont retranchés dans leurs bureaux ».

La même source de préciser: « vu la foule en furie dans les locaux du poste, les douaniers sont sortis. Trois pèlerins se sont agrippés à l’un des douaniers, qui voulait tirer un coup de sommation pour effrayer les manifestants. C’est ainsi qu’ils se sont disputés l’arme. Et le tir accidentel a atteint l’un des pèlerins. Ensuite, au lieu de laisser les douaniers évacuer le Bissau-Guinéen touché à l’hôpital, les pèlerins s’y sont farouchement opposés, dans un premier temps. La victime s’est tordue de douleur pendant plus d’une heure, avant qu’ils ne consentent à son évacuation à l’hôpital régional de Tambacounda ».

D’ailleurs, l’autopsie a révélé que la victime est décédée suite à une hémorragie externe abondante. A en croire nos sources, le policier en faction dans ce poste avait, dans un premier temps, refusé de témoigner, sous prétexte qu’il n’était pas présent au moment des faits. Mais il est revenu à de meilleurs sentiments et souligné, lors de son face-à-face, ce dimanche 11 février, avoir enregistré plus de 200 véhicules surchargés de pèlerins, avant d’ajouter qu’il y avait une pluie de pierres à l’intérieur de la cour du poste. A signaler que parmi les trois douaniers, deux ont été entendus, ce dimanche, également par la gendarmerie.

L’enquête se poursuit. Selon nos sources, à la fin de la procédure, le dossier sera transmis au procureur de Dakar, du fait que cette affaire relève du tribunal militaire, compétent à juger le mis en cause.

Dans cette affaire, dans la matinée du 8 février dernier, des pèlerins bissau-guinéens, en partance pour la Ziarra annuelle du marabout Thierno Amadou Tidiane Baldé de Medinatoul Houda de Medina Gounass, à bord d’une vingtaine de cars, ont été bloqués à la frontière sénégalo / bissau-guinéenne, à Nianao, commune de Wassadou, dans la région de Kolda.

Enquête

Partager