Confidence : « J’ai été ménopausée à 17 ans » Voici mon histoire

C’est la triste histoire d’Emily, qui est dévastée à l’idée de ne pas pouvoir avoir d’enfants biologiques.
La ménopause est l’un de ces énormes changements de vie que toutes les femmes connaissent, mais aucune d’entre elles ne se sent prête lorsque vient l’âge de la ménopause. Alors quand cette étape arrive dans la vie d’une femme avant même qu’elle n’ait atteint ses 40 ans, le choc est d’autant plus difficile et pénible.

Ce fut notamment le cas d’Emily, qui a connu la ménopause – ou, dans son cas, ce qu’on appelle une « insuffisance ovarienne prématurée » – alors qu’elle n’avait que 17 ans: « En tant que personne qui a toujours voulu avoir des enfants biologiques, c’est un moment très difficile », a-t-elle confié au Cosmopolitan.

« J’ai souffert de dépression et d’anxiété, et je doute énormément de mon futur ».
Emily a eu ses premiers soupçons lorsqu’elle avait 14 ans, et que ses menstruations ont commencé plus tard que le reste de ses amies, pour s’arrêter soudainement. « Mon corps m’a dit que quelque chose n’allait pas bien.

J’ai commencé à avoir ce que je décrivais comme des ‘bouffées de chaleur’ sans savoir que c’était réellement ça », a-t-elle ajouté. « Les médecins ont déclaré que mes ovaires ont cessé de fonctionner et qu’il n’y avait rien à faire. Ils m’ont prescrit une pilule pour me fournir les hormones dont je manque ».

Une « détresse psychologique »

Selon le Dr. Heather Currie, porte-parole du Royal College of Obstetricians and Gynecologists qui s’est confiée au Cosmopolitan, les symptômes d’une ménopause sont les mêmes peu importe l’âge, mais les femmes les plus jeunes, comme Emily, sont plus susceptibles de « souffrir d’une détresse psychologique » – en particulier si elles n’ont pas encore eu d’enfants et souhaitaient en avoir.

Pour ces dernières, le Dr.

Currie conseille de ne pas hésiter à aller voir un psychologue ou de rejoindre des groupes de soutien.

Vous avez aimé l'article ? Partagez le!
Partager