Sortie musclée contre les accusations sur son fils: Papa Thione a-t-il encore été « maraboutè »?

La sortie du père au nom du fils sur l’affaire relative à la promotion présumée de LGBTI dont il est accusé est juste symptomatique. Elle révèle en effet au-delà d’une mauvaise communication le manque d’égards que Papa Thione a à l’endroit de ceux qui donnent de la voix et dont le seul tort est de vouloir prèserver les valeurs que lui-même n’a cessé de défendre . WalySeck n’est pas accusé d’homosexuel que je sache mais ses différents actes démontrent une certaine affinité et une complicité complexe envers cette communauté.
Que Papa Thione, comme on l’appelle affectueusement, invite ceux qui s’en prennent à son fils à lui amener leurs filles pour constater la virilité de celui-ci doit surprendre plus d’un. Cela surprend d’autant plus que le musicien Thione Seck est allé totalement dans le sens contraire de ses enseignements. Parolier hors pair, le leader de « Raam Daan » a toujours opté pour la musique éducative et s’est toujours érigé en bouclier contre les contre valeurs telles que le vol, le mensonge, la cupidité, la jalousie, l’infanticide et même l’apartheid au-delà de nos frontières.

Si aujourd’hui donc sa communication vole si bas c’est peut-être parce que Papa Thione est à court d’arguments. Ça aurait été plus facile et plus courtois de trouver des excuses à Waly Seck, l’artiste polémique et de s’y limiter. On pourrait ainsi comprendre que cela lui aurait été dicté par les fibres paternels. Mais c’est dommage de constater que les impairs du fils eclaboussent sur le travail de Thione Seck, qui mérite de bien terminer sa carrière en restant autant adulé et respecté. La gestion de cette affaire gênante pour le papa mais provoquée volontairement par un fils récidiviste vaut au premier nommé des critiques et attaques de toutes sortes. Papa Thione mérite plus et mieux que cela.

Au nom du fils qu’il devait réprimander conformément à ce qu’il développait jusque-là dans sa musique, Thione Seck préfère renier ses enseignements. N’avait-t-il pas dit dans une chanson interprétée par Waly Seck himself « bëgguma ñulay jiiñ ngay miim » (je ne veux pas qu’on t’accuse et que tu rejettes) ou encore que tu dises « dañu ma jaawale, du man » (c’est pas moi, on m’a confondu)? Fort de ces conseils qu’il nous donnait, à nous peuple qui consommons et apprécions sa musique, Papa Thione devrait s’en prendre à ce geste qu’il semble minimiser. « J’ai parlè à Waly et il ne refera plus jamais une chose pareille et qui ne m’honore pas » aurait suffi pour taire les colères au lieu de les raviver.
En disant ce qu’il a dit, Papa Thione a-t-il placè son fils sur un siège d’un intouchable? En tout cas cela en donne tout l’air puisque le jeune Waly Seck avait publiquement pleuré l’absence de son père, son défendeur et défenseur, lors de la polémique sur les sacs pour femme qu’il portait en 2016. Voilà ce qu’il disait à l’époque : « c’est vrai que je n’ai plus personne pour me protéger, celui qui le faisait (son père ) est en prison. N’empêche, je n’entends pas me laisser pietiner ». Tout compte fait la réaction déplacée et malencontreuse de Papa Thione est telle qu’on ne peut se demander si le grand parolier n’est pas de nouveau maraboutè comme il se réclamait dans l’affaire des faux billets.

Par Ababacar Gaye

senenews.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here